Tribunal permanent des peuples: Les violations des droits de l'homme en Algérie

Comité Justice pour l’Algérie

Composition du tribunal

Le jury constitué pour cette trente-deuxième session du Tribunal permanent des peuples est composé de neuf personnes, de six nationalités différentes.

Sihem Bensedrine (tunisienne) : née en 1950, journaliste (elle a été contrainte de quitter la profession à la fin des années 1980, en raison de diverses suspension de journaux) et éditrice, elle subit depuis des années la répression du pouvoir tunisien. Elle a été animatrice dans le mouvement autonome des femmes (1978-1985), responsable des relations extérieures de l’Association des journalistes tunisiens (1988-1989), membre de la direction de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (1985-1994), et est actuellement porte-parole du Conseil national des libertés. Parmi les récompenses qu’elle a obtenues : Award Amnesty International Journalist under threat (Londres, 2001) ; prix international « Una donna fuori dal coro » (Gênes, 2002) ; prix Arab Press Freedom Watch (Londres, 2002) ; nominée au prix Lorenzo Natali de la FIJ (Bruxelles, 2002) ; membre honoraire du PEN Club suisse (2003). Elle est l’auteur de : Lettre à une amie irakienne (disparue) (La Découverte, 2003), L’Europe et ses despotes (avec Omar Mestiri, La Découverte, 2004).

Luigi Ferrajoli (italien) : né en 1940, professeur de théorie générale du droit à la Faculté de droit de l’Université de Rome 3, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont : Diritto et ragione. Teoria del garantismo penale (1989), La sovranita nel mondo moderno (1997), La cultura juridica nell’Italia del novocento (1999), Derechos y garantias. La ley del mas debil (2002), El garantismo y la filosofia del derecho (2002), Diritti fondamentali (2001).

Burhan Ghalioun (syrien) : professeur de sociologie politique à la Sorbonne nouvelle-Paris III et directeur du Centre d’études sur l’Orient contemporain, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la vie politique et sociale du monde arabe contemporain (dont Le malaise arabe. L’État contre la nation, La Découverte, 1991 ; et Islam et politique. La modernité trahie, La Découverte, 1997). Il est engagé de longue date dans la défense des droits humains et de la justice dans cette région tourmentée.

Franco Ippolito (italien) : magistrat, juge à la Cour suprême de cassation (Rome), a été membre du Conseil supérieur de la magistrature (1981-1986), président de Magistratura democratica (1986-1991), secrétaire de l’Association nationale des magistrats (1992-1994), président de l’Association italienne des juristes démocratiques (1995-1997) et directeur de l’Organisation judiciaire du ministère de la Justice (1996-2002). Il a participé à plusieurs sessions du TPP (notamment : Droits des enfants, 1995 ; Droit international et nouvelles guerres, 2002).

Luis Moita (portugais) : professeur de sociologie des relations internationales à l’Université autonome de Lisbonne, coordonnateur d’un cours de doctorat sur « Études de la paix et de la guerre », il a été directeur pendant quinze ans d’une ONG portugaise de soutien aux mouvements de libération et de coopération au développement (CIDAC, Comissão para a independência das antigas colónias).
Ignazio Juan Patrone (italien) : magistrat, juge assistant à la Cour constitutionnelle italienne, il est membre du groupe Magistratura democratica et ancien membre du bureau. Il préside l’Association des magistrats européens pour la démocratie et les libertés (MEDEL) depuis 2002.

Werner Ruf (allemand) : né en 1937, professeur émérite de relations internationales de l’Université de Kassel, il a enseigné à New York University (1968-1969), à l’Université d’Aix-Marseille-III (1971-1975) et à l’Université d’Essen (1974-1982). Il a effectué quatre années de séjour de recherche au Maghreb, et d’autres séjours de recherche au Proche-Orient et en Afrique subsaharienne. Il est l’auteur de nombreuses publications concernant les systèmes politiques et les relations internationales du Maghreb, le système des Nations unies, l’islam politique, la politique de sécurité, la politique méditerranéenne de l’UE et l’économie politique de la violence.

Salvatore Senese (italien) : né en 1935, magistrat, président du Tribunal permanent des peuples, est président de session à la Cour suprême de cassation. Il a été sénateur (1996-2001) du groupe des Démocrates de gauche (L’Olivier) et il préside l’Associazione per la storia e le memorie della Repubblica.

Philippe Texier (français) : né en 1941, magistrat, membre du comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU.

------------------------------------------------------

Présentation des intervenants

(experts et témoins)

Au total, trente et une personnes seront entendues par le Tribunal, à titre de témoin ou d’expert :

* Lahouari Addi : Sociologue, professeur à l'IEP de Lyon.

* Me Abdennour Ali Yahia : Avocat, Président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH).

* Yahia Assam : Membre fondateur de RAJ (Rassemblement action jeunesse) en Algérie, militant des droits de l’homme, journaliste, membre du CJA..

* Madjid Benchikh : Professeur de droit à l’université de Cergy Pontoise, ancien président d’Amnesty International en Algérie, ancien doyen de la faculté de droit d’Alger. Membre du CJA..

* Omar Benderra : Expert financier international, ancien président de banque en Algérie. Membre du CJA..

* Hamida Ben Sadia : Militante associative.

* Adnane Bouchaïb : Avocat, fils de disparu enlevé par un groupe armé.

* Lhachemia Bouteïba : Mère de disparu, responsable du comité SOS disparus à Oran.

* Ahmed Cherbi : originaire de Tizi-Ouzou, arrêté en 2002 et placé en garde-à-vue pendant 45 jours, torturé à Tizi-Ouzou et Blida. Emprisonné pendant un an.

* Nicole Chevillard : Journaliste, Rédactrice en chef de la revue Risques Internationaux.

* Me Sofiane Chouiter: Avocat des familles de disparus à Constantine.

* Nasséra Dutour: Porte du Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie, membre du CJA..

* Hassan Ferhati : Frère de disparu, membre fondateur de SOS disparus en Algérie.

* Vincent Genestet : Consultant, a travaillé pendant 12 ans en Algérie, membre du Cedetim et du CJA..

* François Gèze : Directeur des Editions La Découverte, membre du Cedetim et du CJA.

* Salima Ghezali : journaliste, directrice du journal La Nation, interdit fin 1996, Prix Sakharov 1997.

* Mohammed Harbi : Historien. Auteur notamment de : Le FLN , mirage et réalité. Des origines à la prise de pouvoir (1945-1962), Ed ; Jeune Afrique, 1980.

* Jeanne Kervyn : Sociologue, membre d’Algeria-Watch et du CJA..

* Salima Mellah : Journaliste, animatrice du site www.algeria-watch.org et membre du CJA..

* Farida Ouaghlissi : Epouse de disparu, membre du bureau de l’association des familles de disparus de Constantine.

* Jean-Baptiste Rivoire : Journaliste, auteur avec Lounis Aggoun de : Francalgérie, crimes et mensonges d’États, La Découverte, Paris, 2004.

* Aber Sid-Ahmed : victime de la torture. Arrêté à Oran en 1992, incarcéré dans plusieurs camps jusqu’à la fin 1994, arrêté en 1997.

* Salah-Eddine Sidhoum : Chirurgien, militant des droits de l’homme en Algérie.

* Mohamed Smaïn : membre de la LADDH section ouest, auteur d’un livre sur les milices : Relizane, silence on tue !, Editions Bouchène, 2004.

* Habib Souaïdia : ancien sous officier des forces spéciales en Algérie. Auteur du livre La sale guerre, La Découverte, 2001.

* Nesroulah Yous : président de l’association Vérité Justice pour l’Algérie, rescapé d’un massacre et auteur de Qui a tué à Bentalha ?, La Découverte, 2000.

 

TPP - Algérie